Mots d’Etudiants : Eve Bromberg, Kenyon College

BROMBERG

J’habite le 15ème arrondissement, lequel est très proche du quartier Montparnasse. Montparnasse est un quartier avec beaucoup d’histoire culturelle parce que de nombreuses personnes (des artistes, des écrivains, et des compositeurs) devenues très célèbres y ont vécu avant qu’elles ne soient célèbres parce que Montparnasse était très bon marché. C’était le lieu de prédilection des artistes affamés. À Montparnasse, des artistes comme Picasso, Soutine, Hemingway, Ezra Pounds, et aussi Edgar Degas (quand il était très vieux) allaient dans les cafés sur le Boulevard du Montparnasse. Ils passaient du temps au Select, à La Coupole, à La Rotonde, et au Dôme. Ces cafés existent encore aujourd’hui, et nous pouvons y prendre un repas après les cours de Sweet Briar, parce qu’ils sont très proches de Reid Hall.

L’atmosphère de Montparnasse au début du 20ème siècle était très dynamique. Ces artistes étaient pauvres, mais c’était le moment où ils commençaient leur carrière, une période de découverte du travail qu’ils voulaient faire. Donc, ces gens se rencontraient, ils parlaient tous d’art et de littérature et de politique—les conversations étaient très intellectuelles. Des philosophes célèbres (Sartre et Beauvoir en particulier) ont également fréquenté ces cafés. Quelquefois, quand quelqu’un n’avait pas assez d’argent pour payer l’addition dans un café, les serveurs acceptaient des œuvres d’art. C’est-à-dire que les murs des cafés étaient couverts avec les dessins et croquis de Picasso, ou du Douanier Rousseau. Les murs des cafés ressemblaient à de petits musées !

Je pense qu’il est très intéressant que beaucoup d’artistes très célébrés aient passé du temps dans ce quartier, vous pourriez ne pas le deviner juste en marchant le long des cafés de Montparnasse. Tout est très subtil concernant le passé, mais ces cafés sont un peu plus chers aujourd’hui.

Posted in SBCJYF | Comments Off on Mots d’Etudiants : Eve Bromberg, Kenyon College

Mots d’Etudiant : Brendon Page, Hood College

Tour Eiffel nocturne

Dans la ville de l’amour, vous voyez beaucoup de choses. Ces choses peuvent être bonnes ou mauvaises, mais souvent, elles sont bonnes. Pour moi, la culture est différente de celle des autres villes que j’ai visitées. Cette ville a un caractère que vous pouvez admirer de près ou de loin.

Chaque jour offre une nouvelle vision de la vie d’une personne. Quand vous regardez un étranger, particulièrement dans le métro, vous avez un aperçu de la façon dont il ou elle vit. Il y a tellement de diversité à Paris, c’est la raison pour laquelle j’adore cette ville. La diversité est importante parce qu’elle nous donne une meilleure compréhension du respect d’autrui. Ma vision de Paris est similaire à celle d’un livre ouvert, je vis chaque jour comme une nouvelle page blanche. La meilleure façon de commencer sa journée ici est avec une tasse de café, à regarder les gens qui passent. Cette ville me donne une histoire unique à découvrir chaque fois que je sors me promener.

Continue reading

Posted in SBCJYF | Comments Off on Mots d’Etudiant : Brendon Page, Hood College

Mots d’Etudiants : Alexia Barandiaran, Williams College

Alexia

M’habituer à Paris avec le ballet

Après une promenade à côté de la Seine en crue, je suis retournée chez moi en bus. J’aime tous les transports parisiens : le métro, le bus, le RER, le tramway. Pendant mes deux premières semaines, j’ai utilisé tous ces transports. À Miami, d’où je viens, il n’y a pas beaucoup de transports et la majorité n’est pas organisée. Et à Williamstown, où est localisée mon université, il n’y a aucun transport sauf le bus pour le supermarché ou celui pour Boston ou New York pendant les vacances. Mais à Paris, il y a beaucoup d’options et c’est incroyable pour moi.

Un jour, j’ai repris le bus que j’avais pris à mon arrivée à Paris avec ma famille d’accueil. Le bus 80 jusqu’à Hameau. Ce jour-là, j’ai pu reconnaître les arrêts du bus et aussi le quartier. En seulement deux semaines, j’ai pu me familiariser un peu avec mon quartier. Avec ce bus, l’arrêt est de l’autre côté de ma rue, et donc, c’était encore un peu nouveau. Au coin de ma rue, j’ai vu une école de danse. Je fais de la danse depuis 17 ans et j’avais cherché une école où m’inscrire pendant mon semestre à Paris. J’ai trouvé quelques écoles en ligne et j’ai décidé de les essayer ce weekend-là. Mais je n’avais pas vu cette école en ligne. J’ai regardé les horaires et j’ai vu qu’il y avait une session une heure plus tard avec Madame Berger, la directrice de l’école qui était diplômée de l’école de danse de l’Opéra de Paris.

Continue reading

Posted in SBCJYF | Comments Off on Mots d’Etudiants : Alexia Barandiaran, Williams College

Paris, l’histoire des noms des rues

ParisCliquez ici pour découvrir les secrets des noms de rues parisiennes : http://www.paristique.fr/

 

Posted in SBCJYF | Comments Off on Paris, l’histoire des noms des rues

Vedettes du Pont Neuf

Bateaux-Vedettes du Pont Neuf La grande roue

Posted in SBCJYF | Comments Off on Vedettes du Pont Neuf

Atelier macarons à Paris

Posted in SBCJYF | Comments Off on Atelier macarons à Paris

Mots d’Etudiants : Aaron Kamel, Northwestern University

parcs et jardins parisiens

J’essaie chaque jour de courir dans un parc du treizième arrondissement. Pendant ma course, je n’écoute jamais de musique mais je regarde mon environnement. J’ai l’opportunité de voir les habitudes des vrais Parisiens et la différence entre Chicago et Paris.

Il y a un certain contraste entre les jardins et les parcs parisiens. Les jardins sont pleins de personnes qui se promènent ou font du jogging. Ils respirent la tranquillité, comme un paradis bien structuré. Les plantes sont très belles et les jardins à la française sont uniques en leur genre. En contraste, les parcs sont toujours voués au chaos. Les enfants courent dans le parc de manière désordonnée pendant que leurs parents les surveillent depuis un banc. Il est très difficile de courir dans les parcs quand il y a beaucoup d’enfants. De temps en temps, les enfants s’amusent à me heurter sur leur chemin. Le contraste entre les jardins et les parcs parisiens est évident si on prend le temps de regarder.

Il y a de grandes différences entre Chicago et Paris. En général, il y a plus de parcs et plus d’endroits où courir à Paris qu’à Chicago. Par contre, je pense qu’il y a moins de joggeurs à Paris qu’à Chicago. Il y a aussi une différence entre la vitesse et la moyenne d’âge des joggeurs, en effet, il semblerait que les joggeurs soient plus rapides à Chicago qu’à Paris, mais l’âge moyen serait plus élevé à Paris qu’à Chicago. S’il  y a le même nombre de personnes dans les parcs dans les deux villes, il semble que se promener dans les jardins et les parcs soit inhérent à la culture française quelque soit l’âge et la classe sociale comparativement à Chicago où c’est principalement les jeunes qui en profitent.

Posted in SBCJYF | Comments Off on Mots d’Etudiants : Aaron Kamel, Northwestern University

Mots d’Etudiants : Maggie Schoeller

Centre Georges PompidouLes gens de mon quartier

Ma famille d’accueil habite dans le 1er arrondissement de Paris. J’aime bien habiter dans le vrai centre de Paris. Quand je suis dehors, sur le balcon, je peux voir le Centre Pompidou, la Cathédrale Notre Dame et la Tour Saint Jacques. Quand je marche dans mon nouveau quartier, je vois beaucoup de gens différents. Près de chez moi, il y a beaucoup de rues où les voitures ne sont pas autorisées. Les rues offrent des boulangeries, des boucheries, des boutiques. Il y a un marché pour acheter des légumes et des fruits frais. Mon quartier est très diversifié. Il y a des gens âgés et des petits enfants. Les Parisiens et les étrangers visitent le Centre Pompidou. Tout le monde marche à Paris. Dans les commerces, les vendeurs sont très sympathiques. Quand je leur parle, ils reconnaissent mon accent, et ils parlent Anglais. Je réponds en Français parce que je veux améliorer mon français parlé.  J’achète un sandwich au jambon avec des poivrons et du fromage de chèvre. Je le mange, et je découvre mon quartier. Un homme a un kiosque avec des cartes postales et des affiches. Je lui parle et je décide d’acheter une carte postale pour ma mère. Je chois une carte postale avec l’Arc de Triomphe. Je paie et l’homme dit qu’il espère que je vais passer une bonne journée.

Posted in SBCJYF | Comments Off on Mots d’Etudiants : Maggie Schoeller

Mots d’Etudiants : Victoria Slater, Connecticut College

Les écharpes à ParisLa population du métro : N’oubliez pas votre écharpe !

Chaque matin, après m’être réveillée et avoir pris mon petit déjeuner, je pense aux vêtements que je voudrais porter ce jour là. Bien sûr, je regarde la météo en amont – un peu froid ? J’ai un pull. La pluie quotidienne ? J’ai mon parapluie. Est-ce que je prends mon sac rose ou mon sac bleu et noir ? Après cela, parfois j’aime bien ma tenue, d’autres fois, je ne l’aime pas. Le vrai “concours” se déroule dans le métro. J’habite au début de la ligne 2, à Porte Dauphine, et il n’y a jamais beaucoup de gens quand je monte, mais quand le métro arrive à Charles de Gaulle Étoile, BOOM, le métro est comme un défilé hebdomadaire de la mode parisienne. Les filles ont de beaux visages naturellement, les hommes ont les jambes minces, avec des pantalons cintrés. Tous portent du noir. Je crois qu’il doit exister un livre de règles secrètes qui explique à tous les Français quels vêtements on doit porter dans le métro. Et si j’oublie mon écharpe chez moi, je commets une faute de goût horrible. J’ai l’air d’une touriste ! Mon but est toujours d’avoir l’air d’une vraie parisienne. Je peux faire illusion si je ne souris pas dans le métro et si je porte des écharpes et des jeans (un peu déchirés) avec des chaussures blanches. À cause du temps constamment froid, des vestes sont nécessaires. De grandes vestes en jean, bien sûr. On n’est pas un vrai adolescent français si on n’a pas cette veste. Ou, si on a un style soutenu, une veste en cuir. Surtout, une veste en cuir noir. Un jour, j’achèterai une veste en cuir noir et ça sera la touche finale à mon vrai style parisien!

Posted in SBCJYF | Comments Off on Mots d’Etudiants : Victoria Slater, Connecticut College

Mots d’Etudiants : Aleah Matthews-Runner, Northwestern

59 rue de RivoliChez Robert : Électrons Libres

Le mur à l’extérieur de Chez Robert : Électrons Libres rue de Rivoli est recouvert d’une sculpture faite d’ordures. C’est étrange et pas à sa place dans la rue, où il y a beaucoup de touristes et des gens qui portent des sacs de chez MAC et H&M. C’est pourquoi j’ai pensé qu’il devait y avoir des gens intéressants à l’intérieur de Chez Robert.

La porte s’ouvre sur un escalier, qui a été peint à nombreuses reprises. Je vois des couples, des parents avec leurs enfants, des personnes seules et des amis. Un groupe d’amies dans l’escalier écrit un message sur le mur. Elles semblent jeunes, peut-être des lycéennes, elles ignorent les gens qui passent devant elles.

Au troisième étage : il y a un groupe d’hommes – je pense que ce sont des artistes qui réalisent des œuvres d’art à cet étage. Ils fument des cigarettes et boivent des bouteilles de bière, alors même que c’est le début de l’après-midi. J’entends leurs rires, mais ils ne remarquent presque pas les visiteurs.

Une autre salle : Un homme travaille sur son art. Une famille le regarde attentivement. L’œuvre se moque de Trump.

Dans une autre salle d’un autre étage : un artiste prend une photo d’une mère et sa fille. Le photographe est âgé et ses cheveux sont grisonnants. Son atelier déborde de miroirs et il a peint le plafond. Il sourit, ses yeux sont brillants.

Chez Robert : Électrons Libres, les artistes semblent contents de leur public qui paraît captivé par leur art. Les gens sont inspirés.

 

 

Posted in SBCJYF | Comments Off on Mots d’Etudiants : Aleah Matthews-Runner, Northwestern