Michigan State University
Catherine Ferland

Catherine Ferland

Mon stage à Momindum

Ce semestre, je travaillais pour Momindum, une entreprise privée française de logiciels qui propose de la communication interne pour les autres entreprises avec des présentations vidéo. Leur logiciel permet aux clients de créer des présentations PowerPoint et d’enregistrer les vidéos avec le PowerPoint pour leurs collaborateurs.
Pendant le semestre, je travaillais 12 heures par semaine sur quatre projets différents. J’ai traduit les FAQs, les tutoriels PowerPoints et le site web du Français à l’Anglais. Le projet final était des présentations vidéos. J’ai enregistré des tutoriels vidéo qui expliquent les services de Momindum en Anglais.
Momindum est considéré comme une « start-up, » donc c’était très intéressant de travailler dans un bureau dynamique, mais détendu. J’avais beaucoup de conversations avec mes collègues et j’ai appris de nombreux mots et expressions en Français, et beaucoup de faits nouveaux sur la culture française.
Je suis très heureuse d’avoir eu l’opportunité de travailler dans une entreprise française. Mon expérience n’a pas changé mes buts professionnels, mais j’aime me lancer des défis, et je sais que mes expériences à Momindum auront fait de moi une meilleure candidate pour chercher du travail aux Etats-Unis.

Comments Off on

Filed under SBCJYF

Mots d’étudiants – printemps 2017

Wheaton College
Taylor Hale

Nymphéas bleus, Monet

Nymphéas bleus

Claude Monet est un peintre français très célèbre et l’un des fondateurs de l’impressionnisme. Il est né en 1840 à Paris, et mort en 1926 à Giverny. Il était extrêmement prolifique et il eut recours à la philosophie de l’impressionnisme pour exprimer ses impressions de la nature, devant la nature. Monet avait l’ambition de documenter la campagne française, et il a décidé de peindre la même scène plusieurs fois afin de capturer les changements de lumière et des saisons. On peut voir cela dans la série des Nymphéas qui comprend à peu près 250 tableaux.
Dans cette série, on peut voir les changements de lumière pendant la journée et le passage des saisons – ces tableaux représentent un fragment de la nature. Ce tableau, Nymphéas Bleus, est particulièrement intéressant. Il est horizontal au milieu, mais les reflets dans l’eau, sont verticaux. À mon avis, cela donne de la profondeur au tableau, même si l’horizon, ou tout autre élément qui donne habituellement de la profondeur à un tableau dépeignant la nature, est manquant.
Les nymphéas eux-mêmes, si on les regarde de près, ne sont pas tout à fait blancs – ils sont bleu clair. Monet a utilisé des couleurs relatives pour créer l’illusion d’une autre couleur. Cette technique dérive du fait qu’il a peint les Nymphéas devant son étang. Il savait que les fleurs étaient blanches, et nous savons qu’elles sont blanches, mais avec la lumière réelle et les ombres, Monet les a peintes en bleu. On a l’impression d’une fleur blanche, même si ce n’est pas la réalité sur le tableau.
Il est possible que Monet ait voulu exprimer un message d’espoir et de paix dans ces Nymphéas. C’était un artiste humaniste et un artiste de la nature, et psychologiquement, l’eau est l’une des choses les plus calmes de la nature. Les fleurs peuvent être les symboles de la pureté et de la paix, et avec l’eau, d’autant plus. Enfin, on peut regarder ses œuvres Nymphéas comme un havre de paix dans la nature.

Comments Off on Mots d’étudiants – printemps 2017

Filed under SBCJYF

La Cour de Babel – projection et conférence

Projection du film documentaire La Cour de Babel de Julie Bertuccelli
suivi d’une conférence de Marion Gaillard : “École et intégration : l’exemple de la scolarisation des enfants de migrants” – cycle de documentaires à Reid Hall Paris
avec Sweet Briar College JYF et Columbia Global Centers

Comments Off on La Cour de Babel – projection et conférence

Filed under SBCJYF

Une journée à Strasbourg – hiver 2017

Strasbourg est la capitale de la région historique et culturelle d’Alsace. Elle accueille de multiples institutions européennes et internationales, notamment le Conseil de l’Europe depuis 1949 dont dépendent la Cour européenne des droits de l’homme et la Pharmacopée européenne, le Parlement européen depuis 1957 (siège officiel depuis 1992), le Médiateur européen, ou encore le siège de la chaîne de télévision européenne Arte. À ce titre, elle est fréquemment qualifiée de « capitale européenne » ou encore de « capitale parlementaire de l’Europe ».

Par sa population, Strasbourg intra-muros est la première commune du Grand Est français et la septième de France. Son aire urbaine est la neuvième de France, comptant 768 868 habitants en 2012 dans sa partie française. Ses habitants sont appelés les Strasbourgeois. Elle est l’un des principaux pôles économiques du nord-est et se distingue par un secteur secondaire très diversifié et un secteur tertiaire essentiellement tourné vers les activités financières, la recherche et le conseil aux entreprises.

Ville frontière avec l’Allemagne, Strasbourg a été marquée par les différentes administrations germaniques et françaises. Son histoire, riche et tourmentée, a laissé un patrimoine architectural remarquable. Son centre-ville, situé sur la Grande Île, est entièrement inscrit au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco depuis 1988 et comprend notamment la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg et le quartier de la Petite France.

Strasbourg est également devenue le symbole de la réconciliation franco-allemande et plus généralement de la construction européenne. La ville s’est progressivement spécialisée dans les fonctions politiques, culturelles, et institutionnelles. Elle est ainsi l’une des seules villes avec Genève, Lyon, Montréal ou New York, à être le siège d’organisations internationales sans être capitale d’un pays5. Strasbourg est une ville de congrès internationaux, la deuxième de France après Paris.

Comments Off on Une journée à Strasbourg – hiver 2017

Filed under SBCJYF

Ateliers des Chefs – hiver 2017

Comments Off on Ateliers des Chefs – hiver 2017

January 25, 2017 · 12:23 pm

Des vies parisiennes – mémoires d’étudiants

Musée Rodin - Schnietz

Si vous avez déjà visité Paris, il est probable que vous ayez visité le 7e arrondissement.  Avec plusieurs sites d’intérêt comme le Musée d’Orsay, l’Hôtel des Invalides, et l’Assemblée Nationale, le septième est vraiment un endroit plein de culture. C’est maintenant un arrondissement très chic (le prix du mètre carré est le deuxième plus cher de Paris) où habitent beaucoup de gens riches. De plus, on doit payer un peu plus pour une fenêtre qui donne sur la Tour Eiffel !  Pendant une seule promenade dans le 7e, on peut trouver—sans doute—de l’histoire au Musée Rodin, de la romance au Champ-de-Mars, du pouvoir militaire à l’Ecole Militaire, et du tourisme partout. Les quatre quartiers de cet arrondissement font partie de ce qu’on appelle les « beaux quartiers, » les quartiers avec une concentration d’institutions officielles et de bâtiments extraordinairement jolis. Donc, la prochaine fois que vous êtes sur un bateau mouche ou sur la ligne 6 (près de Charles de Gaulle-Etoile, la ligne est aérienne), il faut descendre dans le 7e pour juger : est-ce que cela vaut toute une histoire ?

Sophie Schnietz

***

Oliver

Le Centre Pompidou est l’un des monuments les plus célèbres de Paris. Le nom complet est le Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou, mais il est connu généralement comme le Centre Pompidou ou aussi comme le Centre Beaubourg ou même Beaubourg parmi les Parisiens. L’inspiration pour le Centre Pompidou est venue de l’ancien président de la République française, Georges Pompidou. Il a voulu créer un monument qui galvaniserait la scène de l’art moderne et contemporain à Paris, et représenterait également l’architecture de la seconde moitié du vingtième siècle. Ainsi, il a commissionné la création d’un grand musée moderne sur le plateau de Beaubourg.

Le Centre Pompidou a été créé par les architectes Renzo Piano et Richards Rogers. Ils ont construit le bâtiment de 1971 jusqu’à l’ouverture du musée le 2 février 1977. L’ancien président français Valéry Giscard d’Estaing a voulu arrêter la construction en 1974, mais il a été convaincu de son importance. Les architectes ont été choisis après un grand concours mondial. On peut voir facilement que l’apparence du Centre Pompidou est différente, on peut même dire unique. Le concept derrière le dessin de Piano et Rogers était simple mais transformatif. Rogers et Piano ont voulu redéfinir le concept d’un musée. Auparavant, les musées étaient des espaces fermés mais Rogers et Piano ont voulu ouvrir le musée à la ville, et aux personnes (aux touristes et aux Parisiens).

Par conséquent, Piano et Rogers ont enlevé la peau du bâtiment et ils ont montré l’ossature. Au lieu des murs, on voit le fonctionnement (la technologie) du musée, les ascenseurs, les escaliers, et aussi tous les tuyaux pour l’eau, pour le chauffage, et le reste… Chaque tuyau a une couleur unique, par exemple il y a le bleu pour les circulations d’air (climatisation et chauffage), le jaune pour les circulations électriques, le vert pour la circulation de l’eau, et finalement le rouge pour la circulation des personnes y compris les escalators et ascenseurs. De cette manière le visiteur peut visualiser comment interagissent les systèmes du bâtiment. Le Centre Pompidou compte dix niveaux de 7500 mètres carré. La vue du toit du musée est super-claire. De plus, le Centre Pompidou est vraiment futuriste, il est construit principalement en acier et en verre. A l’intérieur du Centre Pompidou, il y a le Musée National d’Art Moderne, l’un des meilleurs musée d’art moderne du monde. Il existe aussi deux salles de cinéma, deux salles de spectacle, et une grande bibliothèque. Le Centre Pompidou accueille aussi beaucoup d’expositions temporaires.

La réception du projet Centre Pompidou était vraiment mixte. L’apparence du Centre Pompidou a créé une grande polémique. Beaucoup de critiques influents ont sauvagement attaqué le Centre Pompidou. Par exemple les critiques ont comparé le musée à une raffinerie de pétrole, ou l’ont même appelé le Notre-Dame de la Tuyauterie. Pour les critiques, le Centre Pompidou ne convenait pas à l’architecture parisienne. Il était trop moderne, trop grand, trop différent, quand on le comparait avec l’architecture Haussmannienne. Mais, pour le public en général la réception était très positive. Le Centre Pompidou a ouvert en 1977 et dès lors il était extrêmement populaire. Actuellement, le Centre Pompidou accueille entre 3,5 et 3,8 millions de visiteurs chaque année. Même les critiques modernes ont reconnu le succès du Centre Pompidou. Aujourd’hui, le Centre Pompidou est reconnu comme un des premiers grands bâtiments post-modernes. Grâce au Centre Pompidou, Piano et Rogers ont reçu le prestigieux Prix Pritzker, la plus haute distinction pour l’architecture, Renzo Piano en 1998 et Richard Rogers en 2007.

Aujourd’hui, le Centre Pompidou occupe une place profonde dans le cadre architecturel parisien. Il faut noter également que la plupart des touristes adorent le Centre Pompidou. Dans tous les guides touristiques, le Centre Pompidou est une attraction très conseillée. Même les parisiens ont accepté le Centre Pompidou. Un peu comme la Tour Eiffel, le Centre Pompidou est devenu une partie du tissu de la ville, de Paris.

Le Centre Pompidou est situé dans le quatrième arrondissement, dans le quartier Saint-Merri. Le quartier Saint-Merri est situé dans le cœur de Paris. Il est connu grâce à sa proximité avec le Louvre, le Marais, et aussi Notre-Dame. Mais dans le quartier, il y a le métro Châtelet et la rue Sébastopol qui comptent beaucoup de magasins et cafés très touristiques, très populaires. Le quartier a un caractère très touristique. De plus, le quartier Saint-Merri contient l’Hôtel de ville de Paris et la Tour Saint-Jacques, un monument du Moyen-Age. Il est aussi juste à côté des Halles, un grand centre commercial.

Oliver Lucier

***

LIZA

En tant qu’étudiante de Chimie, j’ai détesté le Louvre la première fois que je l’ai visité. Trainant derrière ma mère dans une des énormes galeries après avoir exploré tout Paris à pied le matin, j’ai jeté des regards remplis d’animosité sur les toiles innombrables qui semblaient représenter toutes le même sujet—le bébé Jésus—et je me suis dit que je n’y retournerai jamais.

Mais quatre ans plus tard, je me trouve habituée à la vue de la Pyramide de Louvre, érigée au -dessus de l’entrée du musée dans lequel j’ai passé tant d’heures ce semestre. Au lieu de me dépêcher et de regarder les tableaux brièvement et aveuglement, maintenant je m’arrête devant un petit nombre de toiles pour les contempler plus profondément, pour essayer de les comprendre. Cette contemplation lente et attentive fait tout le plaisir d’aller au musée. Pour visiter un musée, il ne faut surtout pas être pressé(e) ou fatigué(e) ; par contre, il faut être prêt(e) à apprendre et à découvrir des œuvres magnifiques.

Liza Lavrova

***

maddy

A table, j’étais en train de raconter ma journée passée à explorer mon arrondissement. Je leur ai dit que j’étais tombée sur un bâtiment moderne à côté de la Tour Eiffel. Mon père d’accueil m’a dit, « c’est le Musée du Quai Branly, un musée qui expose de l’art primitif. » J’étudie la culture islamique et la danse, alors l’objectif du musée m’intéresse. Le lendemain, j’y suis allée avec mon amie. Dès que je suis entrée, j’ai su que c’était un musée comme aucun autre. Le musée était faiblement éclairé, hormis un flot de lumière qui traçait un chemin, guidant les spectateurs vers une oasis artistique. La façon dont les conservateurs ont organisé le musée est incroyable. Au début, je me suis trouvée en Océanie, fascinée par les masques rituels. Puis, je me suis trouvée au Maroc, étonnée par les tableaux orientalistes. Je suis tombée amoureuse du Musée du Quai Branly. C’est mon musée préféré parce qu’il me fait réfléchir. Chaque œuvre est accompagnée d’un petit texte, présentant la raison historique ou la problématique de l’œuvre. Quand j’ai quitté le musée, j’avais appris beaucoup de choses, mais j’ai toujours tellement de questions !

Maddy Dickey

***

ECHO

J’habite rue du Pot de Fer dans le 5e arrondissement, près de la station Place Monge, ligne 7. Près de la station de métro, il y a la pharmacie Monge très connue des touristes coréens parce que les prix y sont très bas. Quand je recherchais des studios à Paris, j’ai vu que ce quartier s’appelait le « Quartier Latin », qui est typiquement franco-français. J’ai finalement décidé de louer un appartement dans ce quartier, non seulement parce qu’il se trouve au centre de Paris, mais aussi parce qu’on peut y faire l’expérience de la vie « à la française ». La rue Mouffetard est l’une des plus vieilles rues de Paris, et elle est très connue, même parmi les touristes. En fait, de temps en temps, je rencontre des touristes avec leurs guides près de chez moi.

Il y a beaucoup de restaurants dans la rue où j’habite; quand je ne veux pas cuisiner, je peux manger des plats français, japonais, chinois… il y a toujours beaucoup de choix. Outre les restaurants, il y a aussi un magasin de chicha et plusieurs bars pas chers. D’un côté de la place de la Contrescarpe, on peut trouver des boulangeries, des magasins de vêtements, des glaciers et toujours plus de restaurants. Et de l’autre côté de la rue Mouffetard se trouve le Franprix où je vais faire mes courses tous les jours, et « Au P’tit Grec », une crêperie très populaire où il y a toujours une queue très longue. Cette partie du Quartier Latin où j’habite est très animée et pratique, et je pense que c’est mieux pour quelqu’un qui habite seul. Les bars sont ouverts jusqu’à 2h du matin. On me demande souvent si c’est trop bruyant, mais quand je ferme les fenêtres, je n’entends presque rien. En plus, j’aime regarder les gens marcher et bavarder dans la rue par mes fenêtres. Le matin des mercredi, des vendredi et des dimanche, sur la place Monge on peut trouver le marché. Il y a des fromages, des poissons frais, et des plats français. Maintenant, j’habite dans cette rue depuis trois mois, et j’en suis très contente.

Echo Wang

***

Vincy

L’expérience la plus passionnante que j’ai vécue dans un musée a eu lieu lors de ma visite à Florence. J’ai été étonnée quand j’ai vu Les Portraits du Duc et de la Duchesse d’Urbino dans La Galerie des Offices. C’est l’une des œuvres d’art les plus célèbres de la Renaissance italienne. Peints par Piero della Francesca, les tableaux représentent le duc et la duchesse de profil. C’est devenu un souvenir d’autant plus inoubliable que j’ai découvert la finesse des techniques utilisées. Les paysages ont été peints avec la lumière naturelle pour mieux les profils des personnages ; les ornements dans les cheveux de la duchesse sont si détaillés qu’il est difficile de dire s’ils sont vrais ou pas. Ces personnages ont l’air extrêmement calme, sans émotions humaines. Bien que de nos jours nous ayons tant de moyens pour trouver des images avec une haute résolution en ligne, j’ai été surprise en découvrant ces grandes peintures.

Vincy Yu Wenxin

***

Kim

L’Hôtel des Invalides était initialement destiné à abriter les invalides des armées. Maintenant, il y a des musées et monuments qui relatent l’histoire militaire française. Le Dôme des Invalides, emblème de l’Hôtel, est une église et il y a beaucoup de tombes de héros militaires français à l’intérieur. Le plus connu des tombeaux est le tombeau de Napoléon Ier.

Napoléon Bonaparte a accédé au pouvoir pendant la Révolution Française et il était un chef militaire puissant. Il a gagné beaucoup de batailles et a obtenu de nouveaux territoires pour la France. Mais, en 1815, Napoléon s’est exilé sur l’ile de Sainte-Hélène où il s’est éteint le 5 mai 1821. En 1840, le roi Louis-Philippe demande le transfert du corps de Napoléon en France sur le bateau « Belle Poule ». Le transfert du corps est connu comme « le retour des cendres ». Le 15 décembre 1840, les funérailles furent nationales. Le corbillard a traversé l’Arc de Triomphe, les Champs-Élysées, la Place de la Concorde, et finalement s’est arrêté aux Invalides.

L’architecte Louis Visconti a travaillé sur le cercueil de Napoléon pendant presque vingt ans de 1842 à 1861. Le 2 avril, le cercueil a été placé dans le Dôme des Invalides. Le cercueil est fait de quartzite aventurine rouge. Il y a quatre autres cercueils dans le tombeau, qui sont faits de différents matériaux: fer-blanc, acajou, deux en plomb, ébène. Tous les cercueils reposent sur un socle de granit vert des Vosges. Au sol, il y a aussi une couronne de laurier qui est le symbole de la victoire, et les noms des huit victoires les plus célèbres du Premier Empire inscrits au sol. Douze statues de femmes ailées, qui représentent des Victoires, entourent le tombeau et symbolisent les douze campagnes militaires menées par Napoléon. Elles ont été sculptées par Jean-Jacques Pradier, sculpteur genevois. Dans la galerie, il y a une suite de dix bas-reliefs qui représentent les réalisations principales du règne, comme la pacification de la nation, la centralisation administrative, le code du commerce, et plusieurs autres. Ils ont été sculptés par Pierre-Charles Simart, un sculpteur français.

Ce monument est très populaire parmi les touristes parce qu’il y a beaucoup d’histoire avec Napoléon. Il est connu dans la plus grande partie du monde et il est étudié dans de nombreuses écoles et universités militaires. Le tombeau de Napoléon est dans le septième arrondissement et dans le quartier des Invalides. Cet arrondissement est très populaire pour les touristes parce qu’il y a beaucoup de monuments, comme l’Hôtel des Invalides, la Tour Eiffel, et beaucoup de musées. Cet arrondissement est très vivant et prestigieux aussi.

Kimberly Krayacich

Comments Off on Des vies parisiennes – mémoires d’étudiants

Filed under SBCJYF

Atelier macarons avec SBC <3

Comments Off on Atelier macarons avec SBC <3

Filed under SBCJYF

Soirée Cabaret à Reid Hall

Comments Off on Soirée Cabaret à Reid Hall

Filed under SBCJYF

Weekend en Normandie – automne 2016

Comments Off on Weekend en Normandie – automne 2016

Filed under SBCJYF

L’ADN culturel des Français (suite 2)

Taylor Hale

“Peut-être avez-vous visité Paris dans le passé, ou peut-être que votre niveau de français est très bon. Malgré ça, rien ne peut vous préparer pour la vraie langue française: l’argot. Quand on arrive à Paris, la langue est très différente de la langue qu’on utilise en classe. Elle peut être bouleversante. On entendra le mot “truc” tout le temps. Votre mère d’accueil peut crier “la vache!”. Vos amis Français peuvent dire que leur rendez-vous “était nickel”. Un homme peut appeler ses amis “les mecs”.  Passer du temps avec les jeunes Français et votre famille d’accueil est la meilleure façon d’apprendre l’argot et la langue française familière.”

Taylor Hale

*******

Sophie Schnietz

Après deux semaines à Tours, il m’a semblé que la vie française a un rythme beaucoup plus calme que la vie américaine. Grâce à une emphase sur la famille et la communauté, les Français prennent la plupart de leurs repas ensemble, passent le week-end dans les jardins publics, et ne travaillent pas le dimanche.

Quel plaisir ! Quelle surprise ! Pendant que les gens aux États-Unis travaillent n’importe quand, les Français mangent, jouent, et partagent leurs vies ensemble. La tranquillité touche plusieurs aspects de la vie et donc, en général, les Français sont plus sensibles aux plaisirs simples comme la cuisine, la nature et la communauté.

Sophie Schnietz

*******

Maddy Dickey

C’était dimanche, une journée libre à Tours. Je marchais sur le Pont Wilson quand j’ai entendu un bruit venant de l’île Simon dans la Loire. Curieuse, j’y suis allée. Sur l’île Simon, il y avait un festival de musique électronique. Je pensais que le festival de musique serait fou et turbulent. J’étais déjà allée à l’un de ces festivals aux États-Unis, la musique était tellement forte que je ne pouvais pas entendre mes propres pensées. Sur l’île Simon, tout était calme. Après avoir passé du temps dans ce festival, j’ai mieux compris le rythme de la vie française. La plupart des gens parlent avec leurs amis, alors la musique devenait un bruit de fond. Dans la foule, je me suis arrêtée et je me suis assise sur la pelouse, pour regarder les Français. J’entendais leurs mots et leurs rires. Je me sentais satisfaite et à l’aise. Il me semblait que je vivais comme les Français pour la première fois.

Maddy Dickey

*******

J’ai passé mon adolescence partout dans le monde. Je suis allée au lycée en Afrique du Sud, mon université est aux États-Unis et je suis étudiante en échange international en France. L’adolescence est une période très révélatrice de la vie. Je crois que le comportement des adolescents montre des aspects importants de leur société et j’ai appris cela à Tours.

Je viens d’arriver en France, mais le peu de temps passé avec les jeunes Français m’a déjà beaucoup appris. Quand nous étions à Tours, nous avons passé beaucoup de temps avec les amis de notre frère d’accueil car ils ont aussi vingt ans. Nous sommes allés à la Guinguette, dans un festival de musique électronique et à la plage ensemble. J’ai remarqué que les jeunes Français profitent plus de la vie que les jeunes Américains. Ils aiment passer du temps avec leurs amis. Nous nous sommes assis sur la plage et nous sommes lancé des M&M’s dans les bouches les uns des autres, nous avons joué au volley-ball et avons nagé dans le fleuve jusqu’au coucher du soleil. Nous aurions pu rester assis pendant des heures à parler et rire sans penser au temps ou à ce que nous ferions ensuite. Ils m’ont appris qu’une des choses les plus importantes dans la vie est de passer du temps avec des amis et de profiter de chaque seconde de la vie.

Sanyu Takirambudde

*******

Marta-Martinez

Je suis née en Espagne il y a vingt et un ans, et depuis mes trois ans, ma famille et moi allons dans notre maison d’été à Denia (une petite ville près d’Alicante) pour passer les vacances. Chaque matin, je me réveillais à neuf heures, juste pour aller avec mon père faire des courses et pour manger mon dessert préféré au monde : les éclairs au café. Nous allions chaque jour dans une boulangerie française dans le centre-ville, tenue par un vieux couple de Nantes, et j’ai toujours commandé un éclair au café. Je ne savais pas que dix-sept ans plus tard je mangerais certains des meilleurs éclairs de ma vie en France. J’ai toujours grandi avec un profond respect pour la nourriture. Pour moi, la nourriture est non seulement quelque chose qui nous maintient en vie (même si cela est important), mais aussi quelque chose qui unit les gens à travers les pays et les époques. A Tours, j’ai pu essayer quelques-uns des meilleurs repas de ma vie, préparés par ma mère d’accueil Evelyne, comme le poisson à la Tourangelle typique, les chouquettes, le soufflé… Je suis en France depuis seulement trois semaines et je suis déjà tombée amoureuse de ce pays et de sa culture culinaire. J’ai très d’envie de voir ce que le reste de l’année me réserve.

Marta Martinez

*******

Kim

Je m’assois à la table pour dîner avec ma famille d’accueil à Tours pour la deuxième fois. Mon père d’accueil me dit que je ne parle pas beaucoup et il veut que je parle plus. Il prend une fourchette, me regarde et dit « qu’est-ce que c’est ? » et je répond « c’est une fourchette ». Il sourit et pendant le reste de dîner, ma famille d’accueil a tenu dans ses mains des objets pour que moi et l’autre étudiante traduisions les objets montrés par la famille, comme un jeu. Chaque dîner, j’apprenais une chose nouvelle : un autre mot ou une expression idiomatique ou une phrase très populaire. C’était utile et j’ai apprécié leur aide ; au bout des deux semaines, j’ai senti que j’avais progressé.

Kimberly Krayacich

*******

La vie à travers une autre perspective

Janelle Castellanos

En France, la vie quotidienne est très différente de celle aux États-Unis. En effet, l’« art de vivre » est assez méconnu des Américains. En général, les gens travaillent pour vivre, mais ils ne vivent pas pour travailler. Donc, il est beaucoup plus important de réserver du temps pour se détendre en France qu’aux États-Unis. Par exemple, certains endroits en France sont fermés pendant quelques heures les après-midi. Personne n’oserait faire ça aux États-Unis. Mais la culture est vraiment différente et comme je l’ai dit, il est plus important de prendre du temps pour se distraire. On voit toujours des gens partir en vadrouille et prendre une pause dans un parc ou même dans un café. Et aussi on voit toujours des gens dans la rue parce que le moyen de transport préféré des Français est la marche à pied. Beaucoup de gens ne possèdent pas même une voiture, un concept qui est très étrange pour la plupart des Américains. Mais on doit avouer que les moyens de transport public en France sont très efficaces, donc il n’y a pas d’obstacle pour se déplacer. La vie quotidienne en France est vraiment différente de celle aux États-Unis, mais en tant qu’Américaine, je pense qu’on pourrait prendre quelques conseils sur l’« art de vivre » de la manière française.

Janelle Castellanos

*******

Nicole Epstein

Nous sommes restés à Tours pendant deux semaines. Tours était incroyable. Il y a beaucoup de restaurants, de boutiques, et de châteaux. Nous avons visité les châteaux de Blois, Saché, Chenonceau, et Chambord. Le château que je préfère est le château de Chenonceau parce qu’il est situé sur la rivière Cher. Il y a aussi deux grands jardins à côté du château. Il y a beaucoup de fleurs, d’arbres, et d’herbe. C’est majestueux ! Quand nous nous promenons à côté de Chenonceau, il y a un labyrinthe dans un jardin dans la forêt. Le château de Chenonceau est situé dans le Centre Val de Loire.

Nicki Epstein

*******

SabrinaGreene

Pendant l’été, quand je travaillais à Washington DC, je déjeunais toute seule chaque jour. Mes collègues mangeaient quelquefois ensemble ou seuls, mais toujours à l’intérieur. J’essayais de manger dehors, pour prendre le temps et pour profiter de l’été et de la pause. Je préparais une salade de pâtes ou quelque chose comme ça la veille. En France, je déjeune toujours avec une copine, toujours à l’extérieur, et toujours de la nourriture fraiche. Quelquefois c’est au café, et quelquefois c’est un pique-nique. Le déjeuner en France est plus un événement qu’aux États-Unis. Il est plus lent et plus reposant. Contrairement aux États-Unis, ce n’est pas une corvée mais une véritable pause. Pour faire un pique-nique, j’achète du pain, du fromage, des légumes et des fruits de bonne qualité et fraîcheur au supermarché. Ce n’est pas cher et il est recommandé de choisir des choses différentes chaque jour.

Sabrina Greene

*******

Mia-Luo

Le repas plus important de la journée est le diner : les Français peuvent facilement y passer une ou deux heures à parler de tout et de rien. Au début, l’entrée. Après, le plat. Après ça, le fromage ou un yaourt, suivi du dessert. Et personne ne se dépêche pour aller de l’un à l’autre. Aux États-Unis, les repas sont généralement finis en une demi-heure. On glorifie les gens qui travaillent dur, qui prennent leurs repas dans leur bureau. Mais pas ici. Les gens aiment savourer la nourriture et le temps passé avec des amis ou la famille.

Enfin, je pense que c’est vraiment ça la différence entre nos deux cultures. Les Américains disent fréquemment : « Le temps c’est de l’argent ». Mais ce sont les Français qui savent vraiment comment on apprécie le temps.

Mia Luo

*******

Rheagan

Le premier samedi de notre séjour à Tours, nous avons fait une chose qui a changé ma vie. Nous sommes allés dans une ferme de fromage de chèvre où nous avons pu caresser les chèvres, ce qui était amusant, mais ma partie préférée était le moment où nous avons goûté le fromage. Quand j’ai mordu dans le fromage pour la première fois, et que j’ai senti le goût dans ma bouche, j’ai ressenti du bonheur pur. Riche, crémeux, savoureux… sont les meilleurs mots pour décrire ce fromage. Je suis retournée à la table pour me resservir plusieurs fois, et quand je suis arrivée chez moi ce soir-là j’ai demandé à ma mère d’accueil si elle pouvait acheter du fromage de chèvre pour la reste de mon séjour à Tours. Mon temps en France m’a ouvert les yeux sur beaucoup de choses dans le monde, mais la chose la plus importante, à mon avis, et mon nouvel amour pour ce fromage.

Rheaghan Rizio

*******

AriennaGroves

Après être arrivés en France, nous sommes montés dans le bus pour faire le long voyage de Paris jusqu’à Tours. C’est dans ce bus que j’ai eu mon premier choc culturel : les voitures ! Quand je regardais par la fenêtre, j’ai vu plusieurs emblèmes bizarres à l’arrière des voitures. Un diamant, deux flèches, un lion…

La différence la plus évidente entre les voitures aux États-Unis et les voitures en France est bien sûr la taille. Toutes les voitures en France sont petites ! Je remarque aussi que les couleurs des voitures françaises sont plus vives que celles des voitures américaines.

 J’aimais les Fiat depuis longtemps, et après être arrivée en France, c’était comme si j’étais dans un nouveau monde. Même si les Fiat sont des voitures italiennes, il y a vraiment plus de couleurs et plus de modèles ici qu’aux États-Unis.

Je remarque aussi qu’il n’y a pas beaucoup de vieilles voitures sur la route. À Tours, j’en ai vu moins de 10, et l’une d’elles s’est enflammée ! Donc il y a peut-être une bonne raison pour ce manque de vieilles voitures.

Arienna Groves

*******

Sylvana Caruso

Lors de mon premier jour à Tours, j’avais fini le déjeuner quand ma mère d’accueil m’a demandé si je voulais un dessert. J’ai dis non, pensant qu’elle m’offrirait de la glace ou des bonbons. Mais non, elle m’a proposé des fruits !

En France, les fruits sont respectés pour ce qu’ils sont: un dessert. Tandis qu’aux États Unis, les fruits sont les en-cas entre les repas ou même ils font partie des repas; en France les fruits sont un aliment de base des desserts. Une fois, dans un restaurant j’ai eu de la glace dans une moitié de melon. Fraîche et délicieuse ! Aujourd’hui, je suis habituée à manger une pêche ou une nectarine après le dîner, ou une tarte aux fruits. C’est très satisfaisant, et la pensée de quelque chose de plus sucré n’est pas aussi attrayante qu’elle était dans le passé.

Sylvana Caruso

Comments Off on L’ADN culturel des Français (suite 2)

Filed under SBCJYF