Mots d’Etudiants : Aleah Matthews-Runner, Northwestern

59 rue de RivoliChez Robert : Électrons Libres

Le mur à l’extérieur de Chez Robert : Électrons Libres rue de Rivoli est recouvert d’une sculpture faite d’ordures. C’est étrange et pas à sa place dans la rue, où il y a beaucoup de touristes et des gens qui portent des sacs de chez MAC et H&M. C’est pourquoi j’ai pensé qu’il devait y avoir des gens intéressants à l’intérieur de Chez Robert.

La porte s’ouvre sur un escalier, qui a été peint à nombreuses reprises. Je vois des couples, des parents avec leurs enfants, des personnes seules et des amis. Un groupe d’amies dans l’escalier écrit un message sur le mur. Elles semblent jeunes, peut-être des lycéennes, elles ignorent les gens qui passent devant elles.

Au troisième étage : il y a un groupe d’hommes – je pense que ce sont des artistes qui réalisent des œuvres d’art à cet étage. Ils fument des cigarettes et boivent des bouteilles de bière, alors même que c’est le début de l’après-midi. J’entends leurs rires, mais ils ne remarquent presque pas les visiteurs.

Une autre salle : Un homme travaille sur son art. Une famille le regarde attentivement. L’œuvre se moque de Trump.

Dans une autre salle d’un autre étage : un artiste prend une photo d’une mère et sa fille. Le photographe est âgé et ses cheveux sont grisonnants. Son atelier déborde de miroirs et il a peint le plafond. Il sourit, ses yeux sont brillants.

Chez Robert : Électrons Libres, les artistes semblent contents de leur public qui paraît captivé par leur art. Les gens sont inspirés.

 

 

This entry was posted in SBCJYF. Bookmark the permalink.